Westworld HBO

Après trois épisodes dans la série, j’ai eu envie de vous parler un peu de Westworld. Phénomène série de cet automne 2016, Westworld nous emmène dans un monde glaçant où les êtres les plus effrayants ne sont pas ceux qu’on croit.

À Westworld, un parc d’attractions dernier cri, les visiteurs paient des fortunes pour revivre le frisson de la conquête de l’Ouest. Dolores, Teddy et bien d’autres sont des androïdes à apparence humaine créés pour donner l’illusion et offrir du dépaysement aux clients. Pour ces derniers, Westworld est l’occasion de laisser libre-cours à leurs fantasmes. Cet univers bien huilé est mis en péril lorsqu’à la suite d’une mise à jour, quelques robots comment à adopter des comportements imprévisibles, voire erratiques. En coulisses, l’équipe, qui tire les ficelles de ce monde alternatif, s’inquiète de ces incidents de plus en plus nombreux. Les enjeux du programme Westworld étant énormes, la Direction ne peut se permettre une mauvaise publicité qui ferait fuir ses clients. Que se passe-t-il réellement avec les androïdes ré-encodés ?

Westworld

La série est basée sur un film des années 70, également intitulé Westworld (avec au casting Yul Bruner et James Brolin), écrit et réalisé par Michael Crichton (oui, Jurassic Park, un autre parc d’attractions : Michael, ça se voit un petit peu là quand même…). Et elle est assez rapidement MA série chouchou que je suis impatiente de retrouver le lundi soir sur OCS. Une série de science-fiction, avec des protagonistes évoluant dans le Grand Ouest américain et un méchant mystérieux (Ed Harris) tout vêtu de noir => OUI. Une réalisation hyper léchée, une B.O. géniale (des réinterprétations de chansons archi connues comme « Paint it Black » des Rolling Stones) et une immersion totale dans une ambiance limite malaisante, rien qu’au premier abord, Westworld a tout d’une grande série. Mais allons donc voir ce qui se passe sous cette surface quasi parfaite…

Westworld : être ou ne pas être… humain

Dès le premier épisode, on est plongé dans ce monde si étrange. On rencontre les hôtes, notamment la jeune et jolie Dolores, interprétée par Rachel Evan Wood, mais également Teddy, joué lui par James Marsden. Le malaise est arrivé assez vite pour moi. Le concept entier de e parc me dépasse totalement. Vouloir jouer aux cow-boys, pourquoi pas (encore que…), mais dans ce cas-là, on peut peut-être juste se contenter d’un tour à la Mer de Sable, non ? L’utilisation des androïdes, si vrais, si humains, sans aucune culpabilité de la part de ceux qui gèrent le parc (pour le moment tout du moins) blesse mon petit coeur fragile… Mais me passionne également, parce qu’on sait qu’ils ne vont pas tarder à la regretter. Et de voir chez les hôtes naître cette petite étincelle de conscience qui risque de mettre le feu au poudre…

Westworld

Tout au long de l’histoire, on fait des allers-retours entre le « parc » et les « backstages » de ce dernier. On passe de la condition choquante des hôtes comme Dolores, son père, Teddy, Maeve, aux gens qui décident de leur vie. Notamment le personnage interprété par Anthony Hopkins, qui semble être victime d’une sorte d’épiphanie qui ne saurait tarder à tout faire basculer dans le parc… À Bernard Lowe, ingénieur et concepteur des hôtes, dont le drame personnel le fait également considérer les hôtes, et en particulier Dolores, d’une façon différente. Et puis, fatalement, on rencontre des invités : le gentil William, qui s’enhardit peu à peu, et Logan (Ben Barnes), qui semble être incapable du moindre sens moral.

Car après tout, l’attrait principal de Westworld pour les invités est l’absence de règles totales. Aucune limite n’est imposée à ceux qui déboursent des sommes folles pour passer quelques jours dans le parc. Vous pouvez décider d’être absolument qui vous voulez, bons ou mauvais. Les hôtes ont pour unique mission de vous divertir, avec des tonnes de scénarios disponibles. Attraper un dangereux hors-la-loi ? Partir à la recherche d’un trésor ? Violez une pauvre jeune femme sans défense ? Tout est possible dans Westworld. Malheureusement. Et de voir les invités, pourtant humains, se comporter parfois de façon horrible, est très dérangeant. Surtout quand, en face, les hôtes commencent à faire preuve de plus d’humanité…

Westworld

Mais une des grandes questions qu’on ne peut s’empêcher de se poser c’est : MAIS QUI EST L’HOMME EN NOIR ? Le personnage d’Ed Harris semble connaître le parc comme sa poche, y venant apparemment depuis bien longtemps. Mais il semble également s’être lassé des distractions basiques proposées aux invités, et avoir une motivation bien plus profonde…

Et bien sûr, on pense à Blade Runner et à l’univers de Philip K. Dick en général. Mais il y a tellement de choses à dire sur la série, et si peu de temps ! Si vous êtes fans de théorie, n’hésitez surtout pas à explorer l’Internet mondial qui, au bout de trois épisodes déjà, fourmille de théories intéressantes !

Rendez-vous sur Hellocoton !