Avant, étudiante fauchée, je me contentais des marques vendues en supermarché ou piquées dans le tiroir à maquillage de ma mère. Sauf qu’évidemment rien ne tenait et au bout de deux heures je ne ressemblais plus à…