Miss Peregrine et les enfants particuliers

Miss Peregrine et les Enfants Particuliers, prochain film de Tim Burton, sortira sur les écrans à la rentrée prochaine. Mais avant d’être un film, c’est un livre de Ransom Riggs, sorti en 2012 et qui a déjà rejoint les rangs des classiques de la littérature fantastique…

L’Histoire : Jacob Portman, 16 ans, écoute depuis son enfance les récits fabuleux de son grand-père. Ce dernier, un juif polonais, a passé une partie de sa vie sur une minuscule île du pays de Galles, où ses parents l’avaient envoyé pour le protéger de la menace nazie. Le jeune Abe Portman y a été recueilli par Miss Peregrine Faucon, la directrice d’un orphelinat pour enfants “particuliers”. Selon ses dires, Abe y côtoyait une ribambelle d’enfants doués de capacités surnaturelles, censées les protéger des “Monstres”.

Mon avis : J’ai dévoré cette histoire aussi rapidement que me le permettait mon emploi du temps ! Ransom Riggs nous fait d’abord découvrir le monde plutôt banal et déprimant de Jacob, dont le seul grain de folie est son grand-père, vieil homme au premier abord fantasque. Et puis tout bascule, et l’on plonge avec lui dans un monde empli de fantastique, de magie, de beauté et de monstres. À travers les pages du livre, émaillées d’authentiques photographies d’époque (ce qui est, admettons-le, bien trop cool), on découvre ces enfants si particuliers, qui le sont non seulement par leurs “pouvoirs” mais également par leurs personnalités. Et on s’attache. Et on frissonne, pour eux comme pour Jacob.

Une histoire merveilleusement étrange, émouvante et palpitante. Un roman fantastique qui fait réfléchir sur le nazisme, la persécution des juifs, l’enfermement et l’immortalité.*

Que ce soit les “gentils” ou les “méchants”, chaque protagoniste est dépeint à la quasi perfection par Ransom Riggs. Et je dois dire que j’admire sa capacité à écrire des “méchants” si effrayants ! Je suis très curieuse de voir ce que cela va donner à l’écran. Mais au vu de la première bande-annonce, ça m’a l’air pas mal du tout ! Certains craindront peut-être un univers “burtonien” trop haut en couleurs, mais je trouve que finalement, ça correspond bien au monde merveilleux que l’on imagine à l’orphelinat des enfants “particuliers”. Même si ce que j’attends le plus, c’est de voir le côté sombre de cette histoire fantastique plantée au milieu de l’Histoire tragique. Et les Monstres aussi bien sûr, parce que j’aime bien voir avoir la flippe 🙂

Bonne lecture (et si vous êtes conquis, sachez qu’un tome 2 existe, “Hollow City”) !

*quatrième de couverture

Rendez-vous sur Hellocoton !