ac1960_mpc_comp_v0095.1001_R3

J’attendais cette adaptation “live” de La Belle au Bois Dormant avec beaucoup d’impatience et de curiosité. Non seulement, Disney s’attaquait à un de ses monuments ayant accompagné l’enfance de chacun d’entre nous, mais en plus, il décidait de l’explorer d’ un point de vue différent, celui du “vilain”. Ici, bien évidemment, la terrifiante Maléfique. Depuis la première fois où, petite fille, j’ai découvert sa version animée, Maléfique était une des méchantes Disney qui me terrifiait le plus, à égalité avec sa collègue la Reine, dans Blanche-Neige. Mais là où je n’éprouvais qu’horreur et répulsion pour cette horrible belle-mère (en vieillarde ou pas d’ailleurs), Maléfique a toujours eu ce je ne sais quoi qui me fascinait : sa théâtralité, ses grands gestes, ses cornes, son élégance, même. Mais faut pas pousser, j’aurais pas pris le thé avec elle… 04.24.14_ShotPull7_01024200

ac1497_ddl_v1138.1090_R

04.24.14_ShotPull19_03162418

  On sait très rapidement où on met les pieds : une voix off nous raconte l’histoire, celle qu’on connaît bien sûr mais également, et heureusement, celle qu’on ne connaît pas. Calé dans mon siège, j’avais finalement encore des choses à apprendre sur ce conte, version Disney, que je pensais connaître par coeur. Maléfique, le roi Stefan, les trois fées… Tout nous est expliqué sous un jour nouveau, tout en restant cohérent avec l’histoire qu’on connaît. Deci-delà, on retrouve des éléments qui nous permettent de nous y retrouver, nous qui avons grandi avec le film d’animation : le corbeau, la barrière de ronces, le petit cottage au fond des bois où Aurore grandit dans l’ignorance de son origine… Tout cela, et plus encore, se déroulant dans un univers de fantasy esthétiquement très réussi qui vous rappelera sans doute un peu l’univers de Brian Froud (voir Dark Crystal). Comme tous les nouveaux films, celui-ci est en 3D. Je suis anti 3D au possible (j’ai un t-shirt avec “J’aime pas la 3D” dessus, c’est dire), mais là, elle ne m’a pas du tout dérangée car très bien utilisée par moment. Bravo monsieur Robert Stromberg, réalisateur, qui a travaillé sur Avatar…!

fd1183_mpc_comp_v0230.1102_R

 Elle Fanning (Super 8) est une princesse Aurore absolument charmante, pétillante, attachante, un peu fofolle et bienveillante. Un véritable petit coeur ! Sharlto Copley (vu dans District 9 et Elysium), qui joue Stefan en fait “peut-être” un peu trop… Vous lui pardonnerez sans doute si vous le voyez en VO et que l’accent sud africain vous fait triper (à défaut d’être tout le temps clair…) Et Angelina… Ah… Angelina… J’avoue être tombé en amour lors de la conférence de presse, j’étais donc assez anxieuse de voir sa prestation… Shakespearienne, théâtrale, grandiloquente, effrayante, touchante, émouvante… La Maléfique parfaite. Je n’imagine personne d’autre dans ce rôle qu’elle a su réinventer en laissant la filiation nécessaire au personnage de notre enfance…

Avant, Maléfique partageait le podium avec la méchante Reine. Mais ça, c’était avant.

Rendez-vous sur Hellocoton !