Once Upon A TimeUne chose à savoir : le merveilleux me fascine et m’enchante ! Voilà, c’est dit. J’aime, que dis-je, j’adore les histoires. Que ce soit les lire, les écouter, ou même les écrire, je ne me lasse jamais de ces moments d’évasion si rares, mais tant appréciés. Mais parfois, quand l’histoire ou les personnages m’ont vraiment enchantés, je me demande : et maintenant, que font-ils ? Et s’ils étaient là, comment seraient-ils ? Et Blanche-Neige, « chez nous », elle donnerait quoi ?

Vous imaginez donc ma joie lorsque j’ai entendu parler de « Once Upon A Time », actuellement diffusé sur ABC…

Le pitch m’a tout de suite intriguée : De nos jours, dans une bourgade du Maine appelée Storybrooke, les contes de fées existent encore. C’est ce que va découvrir Emma, une jeune femme au passé trouble, embarquée dans un merveilleux et tragique voyage par le fils qu’elle a abandonné 10 ans plus tôt. Elle croisera sur son chemin la méchante Reine, qui n’est autre que l’impitoyable Maire de la ville, Blanche Neige, devenue la douce Mary Margaret Blanchard, Tracassin (Rumpelstiltskin), l’effrayant expert en magie noire… Avec son arrivée, c’est l’espoir de toute une communauté amnésique qui renaît…

Le maire, Emma et Henry… Ou la Méchante Reine, Emma « BIP! » et Henry…

Ah ! « Storybrooke », on pense à tout de suite à « storybook » (livre d’histoires) et à « broke » (« cassé »)… Ouhlalalala ! Mais à vrai dire, les premiers échos étaient plutôt mitigés. Puis les seconds plus enthousiastes, puis encore d’autres plutôt déçus… Bon, il allait falloir mouiller sa chemise et se faire sa propre idée toute seule. OK, pas de soucis ! Et puis j’avais vraiment besoin d’une série « plaisir », avec un peu de magie et beaucoup de merveilleux, ça me semblait plutôt coller. Alors… ?

Dans le premier épisode, on rencontre donc Emma (Jennifer Morrison, de Dr House), femme forte, avec ses secrets et ses blessures. On découvre l’un d’eux rapidement : Henry, son fils, qu’elle a choisi de ne pas élever. Son retour à Storybrooke et les histoires d’Henry à propos de personnages de contes de fées sont un bouleversement conséquent… On l’accompagne, et à vrai dire, on a du mal à croire à cette histoire nous aussi, et puis… Et puis on se laisse emporter. Le personnage d’Emma, loin d’être idiote, est attachant. Même si parfois, son obstination à ne pas accepter la vérité, qui nous paraît si évidente derrière notre écran, est agaçante. Après, je ne suis pas sûre que dans sa situation, on ne serait pas aussi sceptique…

Blanche-Neige..

On pourrait avoir peur d’être perdu dans les allers-retours Storybrooke-Pays des contes de fées, mais pas du tout. C’est même fascinant de découvrir à quel personnage féerique correspond tel habitant de Storybrooke. Et ce qui est intéressant, c’est qu’au pays des contes de fées, on ne nous raconte pas seulement l’histoire qu’on connaît tous (que ce soit celle de Blanche-Neige, du Génie de la lampe, ou de Jiminy Cricket), on nous raconte aussi le pourquoi du comment. Par exemple : comment Jiminy est-il devenue un criquet ? On découvre tous ces héros sous un jour, paradoxalement, plus humain. Dans le « vrai monde » (enfin, le vrai monde pour nous, pour eux c’est le faux, en tout cas, pas le leur…. Vous suivez ? ☺ ), on peut remarquer certaines caractéristiques qui les rattachent à leur « vraie » personnalité. Blanche-Neige est vraiment très gentille, la Méchante Reine aime les pommes, le Chaperon rouge… le rouge !

Ah, la Reine Maléfique (Lana Parilla) ! J’apprécie de découvrir un peu plus en profondeur ce personnage. Évidemment qu’elle est méchante, évidemment qu’elle n’aura de répit que lorsqu’elle aura anéanti Blanche-Neige (Ginnifer Goodwin). Et c’est donc le même rapport entre le maire de la ville, Regina Mills, et l’institutrice Mary-Margaret… Sauf qu’on découvre pourquoi… Mais pourquoi la Méchante Reine est-elle aussi méchante ? Parce que ? Quand on était petits, c’était simple : elle était méchante, parce qu’elle l’était. Point barre. Et là, on découvre la Méchante Reine bien avant qu’elle soit méchante… De même pour les autres personnages : on va à leur rencontre, dans leur quotidien au Pays des contes des fées, avant et après les histoires que nous connaissons tous. Et moi, ça me plaît…

J’aimerais vous parler de tant de personnages, mais un des plaisirs principaux, c’est de découvrir quelle histoire nous sera contée dans l’épisode. Mais quand même, il faut que je vous parle de Robert Carlyle. Rumpelstiltskin (Tracassin) est un personnage ambigu, puissant, détenant les sombres secrets de certains, et à l’origine de la chute de beaucoup… Mais est-il mauvais pour autant ? Méchant et féroce, ne serait-il qu’une bête ? Ce n’est heureusement pas si simple… Robert Carlyle est sublime, jouer ce personnage a juste l’air délicieux !

Ne croyez pas que parce que la série a pour protagonistes des personnages de contes de fées, tout y est rose. Trahisons, disparitions, suspens : tout y est ! Je me délecte à chaque fois de découvrir l’histoire qu’on me racontera. J’ai l’impression de retomber en enfance, même s’il est hors de questions que je mette mes enfants devant, ils sont trop petits pour que je les traumatise ! Je suis impatiente de découvrir comment les scénaristes vont nous amener les moments clés (l’épisode de la pomme empoisonnée, entre autres, que tout le monde attend !). Alors voilà, si vous êtes en manque de série, n’hésitez pas à vous jeter sur Once Upon A Time. Et juste pour info, M6 a acheté les droits…

Aaaah, le Prince Charmant (Josh Dallas)…

Rendez-vous sur Hellocoton !

Rendez-vous sur Hellocoton !