LawlessEt pour changer, c’est encore de gangsters dont je viens vous parler aujourd’hui. Lawless, sorti mercredi dernier, était en sélection au dernier festival de Cannes. Et comme vous l’avez compris depuis quelques temps déjà, les gangsters et les années 20/30 me plaisent beaucoup. A l’instar de Boardwalk Empire, ils sont de retour en force et en réalisme, dans des mises en scène soignées.

Comté de Franklin en Virginie, 1931. Les frères Bondurant sont des forces de la nature réputés « immortels ». Ploucs de base mais bien bâtis, ils tiennent le business de l’alcool du coin, en pleine prohibition. Jusqu’à l’arrivée de l’agent spécial Rakes, venu de Chicago et bien décidé à les mettre au pas…

Lawless
Sacrés frangins!!

Je me suis régalée, même s’il faut noter quelques longueurs. L’Amérique profonde des années 30, les combines à la petite semaine, la corruption du shérif, tout y passe, sur fond de standards musicaux de l’époque. Mais c’est avant tout une histoire de frangins. Harold, Forrest et Jake Bondurant ont la famille dans le sang et des côtés atypiques et attachants. Harrold (Jason Clarke), imbibé, grand, fort et il faut bien le dire aussi, parfois bête ; Jake (Shia Labeouf, étonnant), le petit dernier, qui n’a pas les épaules de ses ambitions : il court après le luxe, les sapes, les voitures, sans réfléchir plus loin que le bout de son nez. Un vrai petit dernier en somme, cliché sur pattes.

Lawless
La classe à Franklin, le Tom 😉

Et Forrest (Tom Hardy au mieux de sa forme), le plus remarquable : taciturne, un véritable ours mal léché mais des principes bien ancrés, et surprenant au final. Avec lui, le grognement devient une langue vivante à part entière.

Et on suit les pérégrinations de ces trois clampins, devenus la cible number one de l’agent Rakes (Guy Pearce, énorme) : du burlesque à des scènes très réalistes, voire violentes, la palette est large avec une pointe de western. La mention « interdit au moins de 12 ans » est justifiée.

Lawless
Lui, il est vraiment flippant…:S

Et cet agent Rakes est l’autre bonne surprise. J’en serai presque à faire des comparaisons avec l’agent Van Alden de Boardwalk Empire. La touche d’extravagance de la réalisation en plus dans Lawless qui nous donne un policier encore plus extrémiste, fanatique religieux, tordu sexuellement et dont la soif de victoire dépasse de loin ses prérogatives professionnelles. En gros, lui, il est juste effrayant à croiser. Et comme en face, ils ne lâchent rien non plus, attendez-vous à des scènes de confrontation plutôt denses.

Au casting, du lourd et de bonnes surprises : Tom Hardy et Guy Pearce sont impériaux, Shia Labeouf  tient la route même si ça manque un peu de bouteille (blague inside !) et toute une ribambelle de seconds rôles bien campés. Quant à la touche féminine, elle est assurée par Jessica Chastain qui,  sans être inoubliable, fait très bien le job. Et Gary Oldman est toujours Gary Oldman ! Oui, ma critique est très fouillée au aujourd’hui.

Lawless
Jessica Chastain, lumineuse! 😀

Voilà, Lawless, c’est de la mitraillette avec un grain de folie et beaucoup d’humour, tout en gardant un côté cowboy en traction. A aller voir si vous êtes des afficionados de ces genres.

 

Des hommes sans loi : de John Hillcoat, avec Tom Hardy, Guy Pearce, Shia LaBeouf, Jason Clarke, Jessica Chastain…Sortie en salle le 12 septembre 2012.