Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Hunger Games : Koh Lanta, version ça rigole plus !

Roseline août 18, 2012 6

Et puisse le sort vous être favorable…

Dans un futur proche, tous les ans, sont organisés les Hunger Games où 24 adolescents des douze districts (2 par district) sont désignés pour participer. Le principe est simple : survivre dans un milieu hostile, contrôlé par les producteurs du jeu télé, en tuant ses concurrents. Un seul vainqueur, le dernier survivant…

Ce film est l’adaptation de The Hunger Games, premier livre de la trilogie de science-fiction de Suzanne Collins, paru en 2008. Succès planétaire avec 30 millions de lecteurs en quelques mois, dépassant Twillight (oui, oui c’est possible et c’est pas plus mal). Ont suivi Hunger games : L’embrasement (2009) et Hunger Games : La révolte (2010). On parle d’ailleurs de dystopie (l’inverse de l’utopie, un monde parfait), œuvre qui présente une société imaginaire qui empêche l’homme d’atteindre le bonheur. Bon en même temps, des fois les utopies positives sont un peu effrayantes et pas si éloignées au final d’une dystopie. Bref, 1984 de George Orwell (1948), Fahrenheit 451 de Ray Bradbury (1951, un vrai bijou en livre et en film ^^) et La Planète des Singes de Pierre Boulle (1963) en sont de fameux représentants. Alors, les Japonais ne sont pas très contents, criant au plagiat de Battle Royale (1999) de Koshun Takami.

Une fois de plus, c’est la bande-annonce qui, il y a quelques temps, a attiré mon attention. Quand les enjeux sont annoncés, un jeu de télé-réalité avec des adolescents et un combat à mort, j’ai pensé à un mix entre The Prodigies (adaptation du livre de La nuit des enfants roi, de Bernard Lentéric, 1981) et Acide sulfurique (2005) d’Amélie Nothomb, dont un jeu de télé-réalité, genre camp de concentration avec capots et prisonniers est le nœud de l’histoire. Il n’en fallait pas plus pour me convaincre de le voir. Alors, je préviens tout de suite, j’ai aimé mais pas plus que ça. S’il vous attire allez le voir, sinon, vous ne ratez rien de majeur. Mon souci principal, c’est que je ne suis pas rentrée dans l’histoire de Katniss et Peeta. Leurs lien m’ont vraiment paru faux, et ça c’est bien embêtant pour s’attacher aux personnages et à leurs pas. J’aurai voulu être dedans, mais je suis restée simplement dans mon siège de spectatrice, sentant que je ratais peut-être quelque chose de beaucoup plus fort. Maintenant que j’ai commencé le livre, je vois où est le problème. Comme souvent trop de coupes, du coup il manque du lien un peu partout: du lien entre les personnages, des explications sur le fonctionnement de ce monde, du lien dans les actions…

Une Katniss marquante…

…un Peeta transparent :S

Je vais juste vous parler des deux points qui ont retenu mon attention : les différents univers et le casting. Vous allez me dire : aucun questionnement sur le côté jeux du cirque trash ? Aucun parallèle avec Big Brother et autres ?  Et cette société totalitaire qui n’est pas sans rappeler l’idéologie nazi ? J’avoue avoir trouvé ça très classique dans le traitement et pas vraiment avec une approche profonde, qui pousse à la réflexion. De bons sentiments, des gentils, des méchants. Voilà, voilà. Je reste sur ma faim, ne perdant pas de vue que le bouquin a surtout tapé dans l’œil des ados. Il est bien ciblé pour cette tranche d’âge. Et puis, on se prend très vite à banaliser dans notre cerveau le côté « jeu à mort », après la première épreuve sanglante. Comme quoi…

Un tirage au sort stressant…

Dans le visuel soigné, j’ai retrouvé plein de références ou impressions de déjà-vu. Et les choix sont judicieux. La vie dans le district avec des vêtements, des baraquements, des coiffures types 2ème guerre mondiale, quelque part dans un ghetto polonais ou un camp. La scène du tirage au sort des « tributs » avec cet imposant bâtiment sombre et cet aigle jaune sur fond rouge ne laisse pas de doute sur l’influence du style « IIIème reich ». Plus proche de nous, l’univers des zones dans Time out (2011) avec l’opposition claire « monde des pauvres/monde des riches ». Encore un film illustrant la dystopie ; Le 5ème élément (1996) dans les lieux du Capitole (siège du pouvoir et surtout de l’émission télé) : tenues géométriques et colorées, maquillages très appuyés, sur-jeu du présentateur aux cheveux bleus (Stanley Tucci). Une aura d’Antiquité aussi et quelques touches architecturales type Dinotopia et Naboo (Star wars)…Et enfin, cette fameuse forêt si proche de ce qu’on connaît et pourtant si artificielle, créée de toute pièce par les producteurs qui se jouent des candidats (feu contrôlé, bêtes féroces, ciel qui diffuse les photos des morts…). Quant aux armes, on oscille entre l’arc de Robin des Bois et les épées de Conan, en passant par l’attiraille de Wesley Snipe dans Blade (1998). Bon, après ça, vous oublierez le camping sauvage pour quelques temps… Même Mac Gyver et Bear Grylls perdraient un peu d’assurance (enfin quelques minutes seulement, faut pas déconner non plus ;) )…

Eux, c’est les têtes à claques, pas sympas…

Quant au casting, pas vraiment d’ados très charismatiques, si ce n’est Jennifer Lawrence (Katniss Everdeen). Ça tombe bien, c’est quand même elle le personnage principal. Forte, pleine de doutes aussi, pas trop bonhomme. Je vois pourquoi les jeunes filles s’identifient et les garçons fantasment sur elle. Déjà repérée dans X-men le Commencement et Le complexe du castor l’an passé, elle poursuit une carrière prometteuse. Lenny Kravitz (Cenna) et Woody Harrelson (Haymitch), ancien survivant et entraîneur de Katniss bien abimé par l’alcool, mais avec tellement de bon sens, forment une équipe attachante autour de la jeune fille. Et Donald Sutherland en président Snow, fait froid dans le dos.

La team « Everdeen », un casting intéressant.

Bien mais sans plus : un pur divertissement pour adultes, un bon récit initiatique pour adolescents. Je vous laisse. Je m’en vais poursuivre le livre, qu’un collègue m’a prêté . Et bien m’en a pris car je comprend enfin l’engouement autour du phénomène :).

Hunger Games, de Gary Ross, avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson, Woody Harrelson, Lenny Kravitz…date de sortie DVD / Blu-Ray : 18 août 2012





Rendez-vous sur Hellocoton !

6 Comments »

  1. JC mars 28, 2012 at 7:45 - Reply

    connaissant tes gout je me dis que si tu as aimé je devrais accroché également !
    Dès que j’ai fini les 14 tomes du Trone de Fer je vais peut etre commencé cette saga !

  2. Mat août 18, 2012 at 10:49 - Reply

    Faudra que je regarde.. mais avec un battle royale a l’esprit, ca risque de me paraître fadasse..

    • Roseline août 18, 2012 at 11:37 - Reply

      Lis les bouqins avant et tu verras que ça n’a pas grand chose à voir avec battle royale, et le propos est mutliple et beaucoup plus profond, ce qu’on a pas forcément dans le film, ou seulement en surface…Bon week-end Mat :D

  3. Mat août 19, 2012 at 9:41 - Reply

    C’est clair qu’il vaut mieux en général lire les bouquins. Mais l’époque ou je m’enfilais plusieurs romans par mois est revolue.. J’ai deja GOT a attaquer.. a+

  4. jo août 21, 2012 at 9:12 - Reply

    je viens de le voir et c’est décevant :( . je m’attendais un truc dans le style de Battle Royale ( que j’ai adoré en passant) et finalement d’est mou et prévisible!! Peut être que si je trouve le temps je me lancerai dans les livres qui (je n’en doute pas) doivent être bien meilleurs!!!

    • Roseline août 21, 2012 at 9:19 - Reply

      Comme mis dans l’article, j’ai été en demi-teinte. Après le souci c’est qu’il y a eu beaucoup de battage pour le comparer à Battle Royale, alors qu’ils n’ont pas du tout la même aura… Attaque les livres, ils sont bien plus accompli que cette adaptation ciné ^^

Leave A Response »