Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Henry V au Shakespeare’s Globe : In love with Shakespeare…

Stéphanie août 15, 2012 2

Je ne pouvais pas envisager mon séjour à Londres sans aller au moins une fois au théâtre. IM-PO-SSIBLE. Et je voulais une première expérience marquante. Quoi de mieux, me suis-je dit, que d’aller voir une pièce de Shakespeare dans son théâtre ? Vous ne connaissez pas le Shakespeare’s Globe ? Et bien voici son histoire : théâtre du XVIe siècle où étaient jouées les pièces de William Shakespeare, le Globe fut entièrement détruit lors d’un incendie en 1613, provoqué accidentellement lors d’une représentation. En 1949, Sam Wanamaker (réalisateur) se mit à en chercher les traces.

Il retrouva les fondations du théâtre sous une rangée de maisons victoriennes. En 1970, il fonda le « Globe Playhouse Trust », qui lui permettra de réunir les fonds nécessaires pour accomplir son rêve fou : reconstruire le Globe. Le chantier commença en 1987, à 200 mètres environ de l’emplacement original du théâtre. Reconstruit pratiquement à l’identique, selon les procédés de l’époque, le théâtre est impressionnant d’authenticité : 600 planches de chêne chevillées (ni clou ni vis dans tout l’édifice), des briques et une couverture de chaume du Norfolk, un plâtre mêlé de chaux, de sable et de poils de chèvre… Le Shakespeare’s Globe ouvrit ses portes en 1997, quatre ans après la mort de Wanamaker qui n’aura donc pas vu son rêve se concrétiser…

(Merci à Lonely Planet pour cette petite leçon d’histoire, que j’ai tiré de mon merveilleux guide sur Londres !)

Passionnant, n’est-ce pas ? Un lieu chargé d’émotions, d’histoire, d’amour et surtout d’amour du théâtre.

Bon, je vous avouerais que trouver le Globe à ma sortie de bus, direct après avoir déposé mes bagages à l’hôtel, ce fut un peu rude. Je me disais « c’est bon, chuis laaaaaaarge », mais je n’avais pas compté que 8h de bus dans les pattes, après s’être levé à 6h (endormie à 2h la veille, j’étais fraîche !), allait certainement diminuer mon extraordinaire capacité à marcher vite en toutes circonstances… Mais ne tremblez point, je suis arrivé à l’heure et la ballade était une bonne introduction à mes retrouvailles londoniennes. Ma place récupérée, je me suis jointe à la foule de spectateurs qui attendaient dans la cour du théâtre. Une foule très hétéroclite : des très jeunes, des très vieux, des huppés, des touristes, des Français (on est partout à Londres !)…

L’heure approche et nous sommes dirigés vers nos places par le personnel très gentil et vraiment très agréable du Globe. L’arrivée dans la salle m’a coupé le souffle. Un théâtre à l’ancienne donc, avec bancs en bois, arène à ciel ouvert, estrade, et « populace » debout juste devant la scène. Je m’attendais presque à voir quelques personnes armées de légumes pourris, au cas où le sujet de la pièce leur déplairait… Moi j’étais installée dans la Middle Gallery, avec une « restricted view », ce qui veut dire que j’avais un poteau devant moi, mais ça allait, et vu le prix de la place, je ne vais pas me plaindre. N’empêche que la prochaine fois, je ne prendrai pas une « restricted view » d’abord… Grumpf..

Vous connaissez l’histoire d’Henri V ? Un léger rappel : il y est question de la vie du roi d’Angleterre, Henry V (1387-1422), et en particulier de ce qui précède et suit la fameuse bataille d’Azincourt. Cette pièce fait partie de ce que certains appellent l’ « Henriade »: Richard II et Henry IV (première et deuxième partie) la précèdent.

C’est un bonheur de voir jouer des acteurs anglais. Et les voir jouer du Shakespeare encore plus. Ce que certains ignorent peut-être sur Shakespeare, c’est que certaines de ses pièces étaient également très drôles. Si, si ! Beaucoup pense à lui comme à un dramaturge ennuyeux, mais pas du tout ! Pour ma part j’ai découvert ce secret bien gardé à 15 ans, avec une adaptation d’Henry IV (première et deuxième partie, huit heures de théâtre, un délice !) et je suis restée convaincue depuis.

Henry V ne déroge pas à la règle. Autour de ce contexte politique difficile, nous sommes tour à tour ému, enchanté, amusé. Certains personnages, comme Pistol (Sam Cox), sont d’un comique sans fin, pas toujours délicat mais qui fait toujours mouche.
L’interprète du rôle-titre, Jamie Parker, est juste hallucinant. Entouré de l’aura d’un roi courageux, juste et humain, il sait être dur, émouvant, sans pitié, mais également cabotin (oui, je sais, mais je trouve que le mot convient parfaitement !). On n’a qu’une envie : le suivre, rejoindre ses troupes et aller nous aussi botter le derrière des Français !

Je sais ce qui pourrait vous inquiéter : la compréhension de la langue. Il est vrai que connaître la pièce aide bien, même si par moment quelques subtilités pouvaient m’échapper. Le mieux est sans doute, avant d’aller admirer un classique de Shakespeare, de le lire, ou du moins de se renseigner sur la trame. Mais les acteurs jouent si bien, et font si bien passer les émotions qu’à défaut de comprendre l’histoire, vous la ressentez.
Le Globe est une institution. Si vous passez à Londres d’ici la fin du mois et que vous aimez le théâtre, allez-y, faîtes-vous plaisir. J’en suis ressortie le sourire aux lèvres, émerveillée et encore plus amoureuse de Shakespeare qu’avant (et un peu aussi de Jamie Parker, j’avoue…). Si assister à une pièce classique vous fait peur, des visites guidées sont proposées. Vous pourrez ainsi pénétrer cet endroit magnifique…

« Cry for Harry, England and Saint George! »

 

The Shakespeare’s Globe

Henry V, mise en scène par Dominic Dromgoole, avec Jamie Parker, Sam Cox, David Hargreaves, Olivia Ross, Lisa Stevenson…
Jusqu’au 26 août

PS : Si vous prenez des places assises, louez un coussin et une couverture. Non, non, ce n’est pas négociable, faites-le ! Sauf si Londres est en pleine canicule ! Toujours est-il que le coussin est obligatoire. Des bancs en bois, je vous dis EN BOIS (bobo le derrière au bout d’une heure…). Ne dites pas que je ne vous aurais pas prévenu !





Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Comments »

  1. Magali août 17, 2012 at 4:44 - Reply

    Ton post me fait rêver. J’admire tellement Shakespeare et son oeuvre, bien que je n’en connaisse pour le moment que le tiers environ, mais toutes celles que j’ai lues m’ont toutes tellement soufflée que je n’ai qu’une aspiration : les découvrir en vrai dans le Shakespeare’s Globe. Surtout celle-ci, Henry V… Du pur génie.
    Je te prie de m’excuser à l’avance pour ce que je dis là, mais je suis intensément envieuse de ton expérience… Je sais que je ne pourrai y parvenir cette année mais je ne désespère pas, peut-être l’an prochain. Sans doute n’y aura-t-il plus Henry V, mais je trouverai certainement mon bonheur dans une autre pièce.

    Merci de ce post. Parce qu’il me conforte dans cette envie d’aller au Globe même si mon anglais n’est pas parfait. Je sais qu’en connaissant la pièce avant, je pourrai la ressentir sans problème en la voyant jouée en anglais. Et puis, l’ambiance de ce théâtre, bien que rebâti, doit être étourdissante.

    • Stéphanie août 19, 2012 at 4:25 - Reply

      Étourdissante, en effet! Quand je suis arrivée à ma place, je ne pouvais pas m’arrêter de sourire bêtement..! J’espère qu’ils y rejoueront Henry V, j’ai tellement adoré que je serai prête à y retourner! Mais je suis aussi impatiente d’en découvrir d’autres.. Ravie, heureuse et comblée que mon ptit billet t’ait plu! Je suis moi-même en pleine découverte/redécouverte de Shakespeare.. Et je comprends parfaitement ce que tu dis à son sujet… Je n’aurai jamais pensé pouvoir aller au Globe un jour, et pourtant! J’attends ton retour quand tu auras enfin pu te poser dans ce lieu magique… ^^

Leave A Response »