Bookmaker artbetting.co.uk - Bet365 review by ArtBetting.co.uk

Bookmaker artbetting.gr - Bet365 review by ArtBetting.gr

Germany bookmaker bet365 review by ArtBetting.de

Premium bigtheme.net by bigtheme.org

Contagion : un Soderbergh implacable et efficace…

Roseline mars 24, 2012 4

*Attention, hypocondriaques et phobiques des virus, s’abstenir !*

Le plus beau dans tout ça, c’est Steven Soderbergh (« Erin Brockovich », « Traffic », la trilogie des « Ocean’s ») qui, en interview, explique que le propos du film est : « Don’t panic ! »… Ok, Mr Soderbergh, mais on va dire que tu ne nous facilites pas la tâche, ni au début, ni au milieu et encore moins à la fin. Il y a de quoi refuser net de toucher quoique ce soit et finir par vivre cloîtrer chez soi, en ne communiquant que par réseaux sociaux (encore eux, ils sont partout ! ;))Bon, j’avoue, des trois déesses de ce blog, je dois être celle qui m’affole le moins pour les films catastrophes à tendance psychose médicale. Dès la fin de cet article, je continuerai ma petite vie, le plus souvent dehors.

De retour d’un voyage d’affaire à Hong-Kong, Beth Emhoff (Gwyneth Paltrow) tombe malade et meurt au bout de quelques heures. Il en va de même pour des personnes qu’elle a croisées dans les heures précédentes. La machine est lancée… De nos jours, la chronique trépidante et terrifiante d’une épidémie qui se déploie en quelques jours dans le monde, en suivant les destins d’épidémiologistes, de médecins, de chercheurs, et de quelques personnages lambda, aux États-Unis et en Asie.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’entre la réalité d’un documentaire et ce film, la frontière est mince. Partant d’une micro-histoire installée en deux minutes, on a le sentiment d’une toile d’araignée qui se tisse à une vitesse vertigineuse. Les premières scènes sont un peu décousues, nous plongeant directement dans cette confusion qui s’empare des autorités. Puis, tout s’installe, nous laissant entrevoir la gravité de la situation au rythme où les protagonistes découvrent l’ampleur des conséquences. Ce côté « reportage » est vraiment bien exploité, et nous permet vraiment de nous sentir investis. D’autant plus avec les indications temporelles qui reviennent comme un métronome : on est pris entre la rapidité des actions et ce temps qui paraît toujours trop long pour trouver une solution. Angoissant, surtout à l’échelle planétaire… Je redoutais un peu d’être mal à l’aise, mais au final, bien que cela nous prenne totalement, le visuel est poignant, et ne passe pas la limite du « crade » gratuit. Et bien évidemment, la force de ce film est l’écho que l’on trouve avec des crises que nous avons récemment connu : le SRAS, la grippe H1N1… Ils ne sont pas oubliés, loin de là, et ça fait froid dans le dos.

C’est un petit peu le bazar… Non?

Alors Steven Soderbergh n’oublie aucun aspect, et les amène progressivement dans son film : la dimension médicale ; le désarroi des autorités ; les dysfonctionnements entre les services ; les théories du complot ; l’info à tout va, via les média, les blogs et les réseaux sociaux ; l’hyper-information et son pendant, la désinformation ; les nécessités économiques malgré l’enjeu humain ; les instincts de survie qui poussent les populations aux comportements les plus extrêmes. Je n’ai pas le sentiment qu’il prenne partie spécialement, on est toujours dans le factuel : voilà ce qu’il se passerait en pareil cas. On pourrait craindre qu’il survole tout, et pourtant, il réussit le pari de ne pas nous perdre en route. J’ai pensé à certains moments au film « Babel » (de Alejandro González Inárritu, 2006) dans les intentions de suivre différentes personnes sur plusieurs continents, reliées par un élément minuscule parfois.

Au bord du chaos…

Y en a du monde… Et encore, il en manque plein!!

Un casting large et varié : ça n’a pas pu vous échapper sur les affiches. Des têtes d’affiche à foison même : Gwyneth Paltrow, Kate Winslet, Matt Damon, Marion Cotillard, Laurence Fishburne, Jude Law… Et le réalisateur a une justification à ça : le rythme est soutenu, les présentations rapides, les spectateurs doivent d’emblée s’identifier aux personnages. Selon lui, les gens ont le sentiment de connaître les stars et donc le lien se fait instantanément. Je vous l’avoue, je ne suis pas du tout d’accord avec lui : Steven, si tu veux qu’on en discute, laisse un commentaire, je trouverai un moment ! ^^ Passé ce petit point, je vous livre mon sentiment : tous ne sont pas au mieux de leur forme : Laurence Fishburne, Matt Damon et Kate Winslet m’ont bien embarquée…Marion Cotillard n’est pas aussi énervante que d’habitude, mais rien de transcendant non plus. Quant à Jude Law, en blogueur dénonçant le « complot » par tous les moyens, il m’a laissée perplexe : au final, on ne comprend pas trop son utilité. Est-il juste là pour faire chier le monde ? (Et moi au passage ? Ca m’agace de ne pas comprendre!)  Je m’attendais à un autre traitement de cette partie de l’histoire: là, je ne comprends pas le but de ce personnage, ni les intentions du scénario (complot réel? enrichissement personnel? arnaque? illuminé?). Au final, je n’en sais toujours rien…

Le personnage de Jude Law: mon incompréhension du jour!

Mon petit plaisir par contre, c’est d’avoir, dans des scènes communes, Eric Colantino en flic (Keith Mars dans la série « Veronica Mars », je vous en parlerai un jour) et Brian Cranston (Malcom, Breaking Bad) en haute autorité militaire. Ainsi que Eliott Gould (Mr Geller, papa de Ross et Monica dans Friends) : contente de le revoir. Le petit hic : j’ai vu le film en VF (pas le choix, grrr…) et il n’est pas vraiment pertinent de lui coller le même doublage que dans la série. Il perd beaucoup en crédibilité du coup, dommage… D’ailleurs, Marion Cotillard qui se double, c’est un peu perturbant aussi, même si nécessaire. ;)

Eliott Gould: grave et préoccupé…

Bryan Cranston, Laurence Fishburne et Jennifer Ehle…

Visuellement, ce qui m’a sauté aux yeux, c’est la froideur des images, des lumières, des couleurs… Il y a vraiment un intérêt à avoir placé cette histoire en hiver. La fin s’achève sur un été renaissant. C’est basique mais ça fonctionne bien. Et pour les scènes en Asie, la moiteur nous empêche de nous réchauffer avec le soleil et sa lumière. Tout colle aux chemises, tout de suite : désagréable à souhait, mais bien vu ! Et puis tous les plans sur la multitude de gestes quotidiens avec nos mains ont de quoi nous rendre parano à la sortie de la salle. Quant à la BO, entêtante, angoissante, lancinante: rien à dire, elle est bien réfléchie.

Au final, il y a tous les ingrédients d’un bon film catastrophe : du cynisme, des bons sentiments, voire de l’héroïsme, de l’angoisse, des sacrifices, des espoirs, des manipulations : mais rien de spectaculaire, le réalisme prime … Comme dans la vraie vie, en fait !

Osera-t’on encore se toucher, s’embrasser?…^^ Sinon, pour info, elle ne lui crache pas dessus, mais souffle sur ses dés!

 

Contagion, de Steven Soderbergh, avec Gwyneth Paltrow, Kate Winslet, Matt Damon, Marion Cotillard, Laurence Fishburne, Jude Law…Sortie DVD/Blu-Ray: 21 mars 2012





Rendez-vous sur Hellocoton !

4 Comments »

  1. Stephke novembre 16, 2011 at 5:09 - Reply

    J’ai été voir ce film en avant-première il y a qques temps déjà et je dois avouer qu’il ne m’a pas déplu. Il ne se passe pas vraiment grand chose de concret (début d’épidémie-réaction des gens-mise en place de centre d’infos et de quarantaine; pas de grande histoire ni de morale), mais voilà un film simple et pas du tout ennuyant sur ce que pourrait devenir notre quotidien dans le cas d’une épidémie, comment la propagation serait rapide voire fulgurante et qui nous montre bien que, malgré tout cela, ben, la vie continue! J’ai bien aimé!!! Depuis, c’est bête, mais je fais très attention de ne pas toucher mon visage trop souvent, de bien désinfecter mes mains en montant ET en descendant du bus/tram/métro et je fuis les gens qui toussent! On est jamais trop prudent (sans être non plus parano hein!!!). Et +++ à Matt Damon qui a bien pris du poids pour se rôle!

  2. Phil Siné novembre 17, 2011 at 6:57 - Reply

    un chouette film en effet ! bravo pour ta critique riche…

    • Roseline novembre 17, 2011 at 7:22 - Reply

      Merci merci pour le compliment, ça fait plaisir :D Allez, mercredi prochain: Time Out…

  3. jo janvier 12, 2012 at 11:33 - Reply

    vu cette semaine. j’ai adoré le début: de l’action, pleins de personnages à suivre, du suspens … et puis j’ai trouvé que la mayonnaise retombe!!! lol J’ai trouvé la fin un peu plate. dommage

Leave A Response »